Bosa

Bosa – Sardaigne

Posted by

Cette année, Alain et moi avons prévu une quinzaine de jours en Sardaigne. Puisqu’il est un peu tard dans la saison, nous voulons aller suffisamment au sud pour chercher une météo clémente et prolonger un peu l’été. Mais une semaine avant notre départ, Alain a un souci au travail qui l’empêche de partir! Il ne veut pas que j’annule, qu’à cela ne tienne, je propose à mon amie stephanoise  Dan de prendre sa place. Le malheur des uns…

Arrivées à l’aéroport de Cagliari, nous récupérons la voiture de location et sommes prêtes à partir… à la nuit tombée! Très mauvaise idée de prendre la route sur des routes inconnues à cette heure, avec une vision de nuit plus que douteuse (astigmatisme, tu me soûles!).

Nous devons nous rendre à Sa Roca Tunda, sur la péninsule du Sinis, à environ 2 heures de route au nord ouest. Toute la première partie s’est déroulée parfaitement bien sur une bonne route avec des marquages très visibles. Pas de problèmes si on omet le fait que les sardes sont des conducteurs italiens! Oh! Le vilain cliché! Il est pourtant vrai que pour un sarde, les limitations de vitesse, les lignes continues, les clignotants n’existent pas! Toi, dans ta voiture, tu n’existes pas non plus. Il faut donc te faire tout petit, rouler le plus vite possible pour ne pas déranger et croiser les doigts!

La deuxième partie a été plus compliquée. Toutes petites routes étroites à travers les marais, sans marquages au sol, nuit noire, quelques pistes après une erreur de route, bref, nous sommes ravies d’être arrivées vers 21H45 chez notre charmant hôte Antonio. Une très grosse faim nous titille mais heureusement, nous avons prévu des pâtes et MA sauce tomate dans la valise. Je dis heureusement parce qu’il n’y a que 40 habitants hors saison à Sa Roca Tunda et pas de restaurant!

Antonio est bavard et nous apprend qu’il est l’heureux papa d’Amandine Piu (dite Piupiu) illustratrice célèbre chez nous et vivant à Strasbourg! Le monde est tout petit…

Après une excellente nuit sans aucun bruit, nous nous réveillons sous la pluie. Nous partons pour la ville la plus proche (20 km!), Cabras afin d’y faire quelques courses. Si vous y passez un jour, allez sans hésiter à la pâtisserie « L’Opera di Simone ». Les gâteaux sardes quand ils sont de qualité sont un vrai régal. Croyez-en une spécialiste!

Nous faisons un petit tour de reconnaissance pour préparer les jours à venir. Je parlerai de la péninsule du Sinis dans un prochain article.

L’après-midi, nous décidons d’aller visiter Bosa, (plus au nord), pittoresque village multicolore aux allures de carte postale. Les maisons colorées, les anciennes tanneries le long du fleuve Temo, les ruelles en pente et le château perché ne manquent pas de charme. Nous préférerions admirer ce petit bijou sous le soleil mais nous composons avec le temps maussade.

C’est un réel plaisir de déambuler dans ces ruelles pentues et pavées où les habitants décorent leurs façades avec des plantes, des couleurs, des objets. Les femmes de Bosa perpétuent la tradition de la dentelle. Bosa est réputé aussi pour un vin nommé le Malvasia.

Nous redescendons vers notre péninsule par la route côtière qui nous réserve de magnifiques points de vue. Le petit sentier qui mène à S’Archittu, très belle arche calcaire, vaut le détour.

 

Leave a Reply