Côte-du-Velebit-Croatie-03

Côte du Velebit – Croatie

Posted by

Après un petit déjeuner copieux sur une terrasse ombragée à l’hôtel, nous voila repartis frais et reposés. Les projets de la journée sont modifiés. En potassant un peu les guides, je vois qu’il y a une superbe route en direction de l’Istrie qui longe la mer et le massif du Velebit. Je propose donc de zapper Zadar après notre expérience à Sibenik et nous verrons bien au retour. Nous rentrons donc un peu dans les terres sur une grande route puis nous arrivons sur un fjord grandiose, la où débute cette fameuse route. Nous longeons le fjord, nous avons la montagne sur notre droite et la mer à gauche.

A la fin du fjord, se trouve l’île de Pag et là, le temps change d’un coup. Un vent violent vient perturber notre cheminement si tranquille! Le paysage est grandiose, le massif impressionnant, la mer très bleue et cette île lunaire qui forme une masse blanchâtre. Je voulais de la « sauvagitude », j’en ai! Ce que je ne savais pas c’est que le paysage ne change pas sur 200km!

Au bout de 60 km, après l’émerveillement, Alain est un peu dépité. Le vent nous empêche de prendre du temps dehors. Nous ne sortons que très peu de la voiture pour admirer et faire quelques photos.

Nous trouvons un village, Karlobag qui semble être l’étape des motards. Ils sont nombreux à emprunter cette route et je comprends lorsqu’on aime la moto qu’il doit être fantastique de rouler dans ce cadre.

Nous nous arrêtons donc à Karlobag parmi les motards allemands et autrichiens. Nous trouvons un restaurant un peu en retrait de la route qui a l’avantage de posséder une terrasse abritée du vent. Encore des pâtes fraîches maison excellentes, il s’agît de l’hôtel restaurant Velinac sur la charmante place. Mais ne vous imaginez pas que tous les restaurants font dans la qualité en Croatie. Les autres restos de Karlobag font tous de la restauration rapide semblable à celle du reste du monde! Il faut chercher un peu et on trouve surtout des restaurants sympas d’influence italienne.

Bref, une fois restaurés, je prends le volant, je sens bien qu’Alain en a marre. Il me demande combien de temps on va longer cette île pelée. Je lui réponds que nous allons la quitter bientôt.

En Croatie, il est rare de voir la pleine mer, il y a toujours des îles ou des îlots, habités ou peu ou pas. Donc je continue dans ce décor que je trouve magique mais décidément trop venté. Tant pis, je profite quand même de ce paysage qui ressemble à nul autre. Nous voyons enfin l’extrémité de l’île de Pag…suivie immédiatement par l’île Rab puis ensuite celle de Krk. Moi, j’ai adoré.

D’autant que l’arrivée sur Rijeka est monstrueuse. Ville industrielle, elle ressemble à Feyzin! Nous fuyons. Juste un peu plus loin sur la baie, nous traversons Opatija, ravissante mais trop côte d’Azur (défraîchie) pour nous, pas envie d’y dormir. Nous trouvons donc, encore sur Booking un hébergement pas cher chez l’habitant dans un petit port, Lovran. Je ne m’étendrai pas, parce que même si l’accueil a été très sympa, la chambre n’était pas propre. Pas de chance cette fois.

Mais ce conseil vaut partout en Croatie (et ailleurs), éloignez-vous un peu des villes touristiques pour dormir. D’abord parce qu’on tombe souvent sur des endroits non cités dans les guides et qui ont leur charme et leur tranquillité. De plus, les gens, moins débordés par le tourisme y sont plus chaleureux.

Restau et dodo à Lovran.