En route pour Cachi

claude17Publié par

Quelques difficultés ce matin à trouver une laverie. Nous sommes à court de linge propre. Il faut dire qu’en roulant sur les pistes, nous sommes très poussiéreux.

Bref, nous prenons la route pour Cachi, enfin, « route » c’est beaucoup dire. C’est une piste en côtes et en lacets et il y a en plus des rivières qui traversent la route puisqu’il a beaucoup plus dans la nuit.

C’est du détail, nous sommes encore en présence de paysages grandioses, des montagnes colorées désertiques, des cactus, des montagnes recouvertes d’une forêt dense, tout ça en nous rapprochant des nuages, en nous rapprochant, en nous rapprochant jusqu’à ne plus voir à 5 mètres devant nous!

Avant les nuages, nous avons pris un gars en stop, il était seul avec son petit sac plastique (des bières dedans) au milieu de nulle part, nous nous demandons bien où il va sur cette piste de montagne où nous ne voyons aucun village, aucune maison. Mais maintenant, nous roulons en aveugle dans un brouillard dense. Un énorme 4X4 nous double à fond a caisse et Alain décide de le suivre et de rouler à fond aussi pour qu’il nous ouvre la route, on a réussi à faire une vingtaine de kilomètres dans les nuages et la poussière soulevée par le 4X4. Mais c’était notre seule chance de rouler et d’éviter les précipices.

Notre passager  nous demande de le déposer dans un endroit improbable, il y a trois maisons aux allures de cabanes mais il y a aussi une chapelle et des cages de foot (les deux religions en Argentine!). Il veut qu’on le prenne en photo.

Julien discute avec lui en espagnol et il lui explique que dans sa jeunesse, il a été le coloc de Carlos Monzon à Buenos-Aires…

On continue à rouler ainsi dans les nuages avec l’angoisse au  ventre puis nous passons le col à 3400m, la piste s’est dégagée, on a même retrouvé un peu de goudron et les nuages se trouvent maintenant sur nos côtés, c’est superbe.