Norberto - Horta - Faial - Açores

Faial, les baleines

claude17Publié par

Ce matin, brouillard et bruine. Ras le bol!

Nous allons voir Norberto (look caricatural du vieux loup de mer) sans réel espoir pour les baleines. Etant donnée la visibilité, les vigies ne peuvent repérer aucun cétacé. Il nous donne rendez-vous à 14H en espérant que la météo sera meilleure.

[supsystic-gallery id=3]

Horta - Faial - AçoresEn début d’après-midi, la brume s’est un peu levée et il semble y avoir du soleil au large. Nous nous équipons comme de vrais marins et nous embarquons sur un semi-rigide. Nous sortons tranquillement du port d’Horta et là, Norberto met les gaz! Pour moi, c’est la panique, notre frêle esquif rebondit sur les vagues de houle et tape dans les creux sans arrêt. Je sens ma colonne vertébrale se tasser au fur et à mesure des chocs et j’ai très peur. Nous naviguons ainsi pendant plus de 30 minutes. Je reste crispée et accrochée au dossier de devant en attendant que ça se passe.

Arrivés sur un spot, il coupe les moteurs et même si ça balance sévère, j’apprécie. Nous nous trouvons à côté de baleines très longues (fin whale) et nous avons le temps de les observer. C’est très agréable d’être au niveau de l’eau.

[supsystic-gallery id=9]

Ensuite nous rencontrons un banc de dauphins presque blancs avec la tête ronde.

Désolée pour les photos mais il y en a très peu parce que j’étais tellement tendue dans cette minuscule embarcation que je n’ai presque pas sorti l’appareil de sa sacoche.

Les vigies préviennent Norberto qu’ils ont repéré une baleine bleue. C’est reparti, à fond la caisse. Re- décollage du bateau sur les vagues, impossible de me raisonner. La peur ne me quitte pas.

Mais bon, on arrive près de la baleine bleue et c’est magique. Un silence total et ce géant qui nage à fleur d’eau devant nous, nous sommes comme des enfants.

Déjà plus de 3H30 passées sur l’eau, nous devons rentrer au port mais les vigies signalent un banc de dauphins communs. Nous nous y rendons (toujours aussi vite!) et c’était superbe de voir ces dauphins nager autour de nous.

Belle expérience qui m’a appris aussi que je ne remonterai plus jamais dans un petit semi-rigide!

J’ai fait tout le retour la tête dans le gilet de sauvetage d’Alain.

Coup de chance, nous avons pu voir le Pico (le plus haut volcan des Açores) parce qu’au large, il y avait un grand soleil et la vue était complètement dégagée.

[supsystic-gallery id=10]

Retour à Horta, brouillard et bruine !