Motovun-Croatie-01

Motovun – Istrie – Croatie

Posted by

Je tiens à aller visiter Motovun, la capitale de la truffe! Et comme le temps en Istrie nous est maintenant compté, c’est pour aujourd’hui. Nous prenons donc une route qui nous conduit à l’intérieur des terres. J’adore cette campagne, pas de grands champs cultivés mais des prés parsemés de coquelicots, des vignes, des oliviers, des vallons, de la forêt. La variété du paysage fait que ce n’est jamais ennuyeux. Les villages que nous traversons ne sont pas particulièrement jolis et on sent bien que les tentatives pour attirer les touristes sont là, mais rien de dramatique pour l’instant.

Je n’ai pas encore parlé du prix des choses, nous sommes en mai, ce n’est peut-être pas très significatif mais nous sommes en règle générale à environ 30% de moins que chez nous, même moins cher en cherchant bien. Mais il ne faut pas oublier que le salaire minimum en Croatie est de 450€ brut environ.

Alors, évidemment les clopes sont à moins de 4€ le paquet mais elles restent très chères pour eux. Moi, je me suis retenue mais j’ai été vraiment tentée de m’offrir un paquet. J’en suis bientôt à 6 mois sans en avoir touché une seule alors j’ai résisté. C’était très dur parce que tout le clope ici…

Revenons-en à nos moutons, c’est le cas de le dire. Nous en voyons dans les prés, ce qui rend la campagne encore plus attrayante. J’adore!

Motovun n’étant qu’à 30km, nous voici arrivés face à ce village qui se dresse sur sa jolie colline. Arrêt obligatoire pour la photo de cet adorable village perché.

Pour visiter Motovun, chaussez-vous bien! Pour de la grimpette, c’est de la grimpette et sur des pavés. Le parking est en contrebas, très en contrebas.

Mais nous prenons la première ruelle tranquillement et de toute façon, nous nous arrêtons pour visiter les boutiques d’huiles et de truffes, puis les boutiques d’huile et de truffes, puis… C’est effectivement la capitale de la truffe. Quand on voit les forêts alentour, on comprend mieux, même s’il faut de nombreuses conditions pour que les truffes poussent. Nous dégustons, nous dégustons et dégustons encore. Entre les préparations à base de truffes blanches, de truffes noires, les truffes stérilisées, l’huile à la truffe et un truc surprenant le sel à la truffe. Le commerçant nous propose de le goûter seul, c’est très étonnant de puissance.

Moi, je suis aux anges, Alain moins! Ça sent fort la truffe dans tout le village. Dans les restaurant, évidemment, tout est à la truffe.

Je me suis éclatée! J’en achète encore deux bocaux, dont un pour ma sœur Nicole. Je me refuse toujours à acheter des souvenirs dans des boutiques qui proposent du typique made in China mais là, le cadeau est tout trouvé et LOCAL!