Arrivée à Ponta Delgada, sur Sao Miguel

claude17Publié par
Aéroport de Ponta-Delgada
Aéroport de Ponta-Delgada

 

Départ pour Ponta Delgada à 11H. Valises à l’arrivée, youpi!

A 13H, nous nous rendons directement au comptoir d’Ilha Verde pour prendre une voiture louée sur Internet depuis longtemps. Nous faisons gentiment la queue et nous voyons les voitures partir au fur et à mesure que les gens se présentent. A notre tour, malgré la réservation, plus de voiture!

On nous embobine un peu, « elle va arriver, on la lave », bref, on patiente. Au bout d’une heure, après plusieurs interventions en délicatesse, Alain a fini par perdre son calme et a pété un câble (en anglais!) Bizarrement, nous avons eu une voiture dans les 5 minutes qui ont suivi.

Je déconseille donc vivement la compagnie locale Ilha Verde (même si ce sont les moins chers) car nous avons eu d’autres déboires avec eux. Il est plutôt judicieux de louer une voiture en arrivant pour deux jours seulement et ensuite demander aux gens du coin s’ils connaissent quelqu’un qui en loue.

Heureusement, l’arrivée chez Ana, notre hôtesse (chambre à 25€ la nuit) est une excellente surprise. Elle nous accueille chaleureusement et nous donne plein de conseils.

Grande maison très bien située (près du marché central),  au 6 rua do Meio, chambre très propre, cuisine et salle d’eau communes, petite terrasse tranquille pour prendre le petit déjeuner, location idéale pour les petits budgets.

Comme l’après-midi est déjà bien avancé et que le magnifique site de Sete Cidades est proche de Ponta Delgada, nous ne traînons pas, il fait beau, nous prenons la route bordée d’hortensias (comme de nombreuses routes sur Sao Miguel). Ça vaut le coup de le faire tranquillement en s’arrêtant à tous les points de vue et en flânant.

Comme nous prenons de l’altitude, le soleil ne fait que quelques apparitions au milieu de gros nuages lourds mais la vue sur le site est dégagée, ce qui semble rare.

Un peu partout sur l’île, nous sommes très vite dans les nuages dès que nous grimpons. Il est donc préférable de regarder la montagne avant de monter à l’assaut des magnifiques volcans qui se suivent et ne se ressemblent pas.